Infos sur l'eau

Bannière
Données sur la qualité des cours d'eau
Bannière
Données sur les milieux humides
Bannière
Données sur l'hydrologie
Bannière
Vigilance crues
Bannière
Accueil Le brûlage sur place des plantes invasives autorisé en Côtes d’Armor sous certaines conditions
Le brûlage sur place des plantes invasives autorisé en Côtes d’Armor sous certaines conditions
Vendredi, 10 Novembre 2017 08:29

chantier d'arrachage de balsamine à Plouha

Dans le cadre de ses actions auprès des communes, le SMEGA sensibilise les collectivités aux espèces exotiques envahissantes (EEE), ou plantes invasives. Des journées de formation à la reconnaissance et la gestion de ces plantes ont été organisées en 2016 dans le cadre de la charte pour une gestion durable de l’eau. Un recensement cartographique des sites touchés est mené petit à petit avec les agents et élus communaux, ainsi que les associations volontaires du territoire et certains paysagistes.

Ce travail a déjà permis d’identifier des sites sur lesquels des chantiers de gestion pluriannuels ont débuté ou sont programmés, notamment la lutte contre la balsamine de l’Himalaya dans la vallée du Corzic à Plouha.

Outre l’expérimentation et l’efficacité des méthodes de lutte employées, ces chantiers posent la question de la gestion des déchets une fois l’action réalisée. Les volumes sont généralement importants, et il n’est pas question de les envoyer en déchetterie comme un simple déchet vert. Le risque serait de contaminer les composts qui pourraient en résulter, mais aussi de disséminer en route des fragments de ces plantes qui pourraient multiplier le nombre de sites contaminés. Il existe dans le département des sites d’incinération qui acceptent ces déchets particuliers, mais ceux-ci sont peu nombreux (problème du temps de transport et risque accru d’essaimage en route). En cherchant dans la réglementation existante, il s’est avéré que certaines mesures spécifiques pour le brûlage sur place des plantes invasives existaient dans des départements comme l’Ille-et-Vilaine, mais rien de semblable jusqu’à présent dans les Côtes d’Armor.

Pour faire suite à ces réflexions et constats, le bureau de la CLE du SAGE Argoat Trégor Goëlo réuni en janvier 2017, sur proposition de Sylvie BOSSARD, vice-présidente du SMEGA, a sollicité le Préfet pour que soit prise en compte la problématique des déchets issus des chantiers de gestion des plantes invasives.

C’est ainsi qu’un nouvel arrêté préfectoral est paru le 2 novembre 2017, réglementant l’usage du feu pour le brûlage à l’air libre des déchets verts dans le département.

Outre la liste des communes classées à risque, les mesures générales de précaution contre les incendies de forêts et de landes et le brûlage des déchets verts agricoles et forestiers, l’article 5 de l’arrêté (« Brûlage des déchets verts ») fait mention d’une exception pour les opérations collectives de lutte contre les espèces invasives.

Conduites par des structures en charge de la gestion des milieux aquatiques, les déchets verts issus de ces opérations collectives pourront être brûlés sur place. Le brûlage devra toutefois respecter les conditions suivantes :

 

  • dans une zone dégagée pour éviter tout risque de propagation,
  • dans une zone éloignée des lignes électrique,
  • sous surveillance,
  • en limitant les quantités à brûler avec à proximité un dispositif d’extinction à eau.

 

Cet arrêté est une réelle avancée pour la gestion des plantes invasives par les collectivités des Côtes d’Armor, notamment celles en charge des missions de bassins versants et de la gestion des espaces naturels.

Gageons qu’il permettra de multiplier les opérations de lutte en levant un obstacle important à leur bon déroulement.

Arrêté préfectoral fixant diverses mesures de prévention contre les incendies de forêts et de landes

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.



 
Design par vonfio.de
Copyright © 2017 SMEGA. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.